DÉPUTÉS DE TOUS GROUPES…

DÉPUTÉS  DE TOUS GROUPES…

Que l’on veuille bien nous pardonner cette annonce qui semble faire référence à une formule historique assez connue. Je ne l’avais pas fait exprès. Simplement, cela venait du bon sens, et aussi de l’espoir. Il en faut, de ces deux matières, pour sauver une enfant, sans compter d’autres, qui nous sont généreusement — trop généreusement — attribuées. Alors qu’un seul mot résume l’ensemble : amour.

Alors, si les députés de tous groupes voulaient réunir leurs voix autour d’une simple phrase “Sauvons Christina“, et la faire entendre au président de la République, pour qu’il la répète au président Poutine lorsqu’ils se rencontreront le 9 décembre à Paris, le sort de Christina pourrait être rapidement réglé.

Nous rêvons ? Peut-être, mais sans rêve, il n’y a plus de vie. Alors, continuons à rêver, et surtout à partager notre rêve, pour qu’il devienne réalité.

LE COURRIEL ADRESSÉ AUX DÉPUTÉS

LES DESTINATAIRES

Nous avons sélectionné, avec une introduction spécifique à chacun :

  • Le président de l’Assemblée nationale, M. Richard Ferrand
  • Les présidents des huit groupes politiquement constitués
  • Les députés spécialistes des affaires étrangères et des Français de l’étranger

Un dossier plus important est ajouté à ce courriel

LE TEXTE

Mesdames, Messieurs,

Nous nous adressons à vous, tous groupes confondus, car il s’agit d’un drame familial qui dépasse tout clivage politique. Le Président de l’Assemblée nationale ainsi que les Présidents de groupe ont été avertis de la situation.

Il s’agit de sauver une petite fille de 10 ans, notre nièce Christina. Elle est retenue en Sibérie orientale (à Khabarovsk) aux mains d’un petit groupe malfaisant et maltraitant. Sa vie est en jeu, actuellement et dans le futur.

Nous devons et désirons l’adopter par amour et pour la sauver.

L’histoire commence en août 2013 à Saint-Pétersbourg par l’assassinat du père de Christina. Nous aimerions tant qu’elle trouve sa solution à Paris ce 9 décembre 2019, lors de la réunion quadripartite prévue. Il suffirait que des voix sincères en appellent à notre président de la République. Il suffirait au président Macron de glisser quelques mots au président Poutine, qu’il lui évoque le destin de Christina, et qu’un échange gagnant-gagnant se réalise, dégageant la place pour les autres points de discussions, valorisant les images des deux décideurs.

Au fond, nous demandons simplement et légalement l’extraction d’une enfant en danger dans un clan qui la maltraite, et le retour au cheminement de la justice russe en vue de l’adoption.

Vous lirez dans la pièce jointe tous les éléments nécessaires pour vous faire une idée juste de ce drame.

En l’état du dossier, il est fondamental d’éviter toute expression ou action pouvant passer pour désagréable ou hostile envers la Russie, son président, son administration. La sensibilité de ce grand peuple n’est pas la nôtre. Un mot mal interprété peut mettre à mal tout notre travail depuis plus de six ans. Le peuple russe nous soutient. Il sait de quoi et de qui nous parlons.

Nous parlons sans détours de la corruption d’un petit clan masqué qui profite de l’éloignement, de l’isolement et d’une certaine tendance à “interpréter localement” la voix de la capitale, à plus de 8000 km de là. Nous n’utilisons jamais d’expressions généralisantes, donc réductrices et contre productives. Nous vous prions de nous aider en poursuivant la même prudence, correspondant d’ailleurs à la réalité : ce n’est ni la Russie ni la loi russe qui sont condamnables, mais bien ce petit groupe caché qui salit l’image de son propre pays. 

Mesdames, Messieurs, Christina, petite fille française et russe, attend votre secours. Ne l’ignorez pas! Nous ne disons pas ce que vous devez faire. Vous savez…

Nous vous prions de croire, Mesdames et Messieurs, nos députés de toutes tendances, à l’expression de notre haute considération

ET MAINTENANT… À VOUS

Vous avez forcément un député, quelle que soit sa couleur politique. Adressez-vous à lui. Une lettre, un courriel, un mot — ou plutôt deux : Sauvons Christina — cela est très facile.

FONDAMENTAL
PAS UNE EXPRESSION QUI PUISSE CHOQUER LA RUSSIE (PRÉSIDENT, ADMINISTRATION, PEUPLE).
C’EST UN GRAND PAYS AVEC UN GRAND PEUPLE
QUI MÉRITE RESPECT ET AMITIÉ
(RAPPELEZ-VOUS LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE !)
C’EST CHRISTINA QUI EN SUBIRAIT LES CONSÉQUENCES

 

 

 

 

 

 

APRÈS L’HEURE DU CRIME

L'HEURE DU CRIME EN REPLAY

L’HEURE DU CRIME EN REPLAY

L’émission est en replay sur RTL à l’adresse suivante, ou en cliquant sur l’image :

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/meurtre-a-saint-petersbourg-7799508563

Comme nous aurions été heureux d’écouter Jacques Pradel, dans son émission L’Heure du crime,  ainsi que nous le faisions il y a quelques années, paisiblement, tranquillement.  Nous n’avions que les soucis communs que toutes les familles connaissent.

Et nous y voici, acteurs impliqués, témoignant d’une affaire doublement dramatique, car l’assassinat de Christophe, dans son corps et ses dernières douleurs, se complète par celui de Christina dans son esprit, par ses souffrances psychologiques inlassables, entretenues par sa folle grand-mère biologique, Faïna Sysoeva, en compagnie de son démembreur de mari, son “brave homme” : Victor Sysoev. 

Il est absolument nécessaire que des émissions comme L’Heure de vérité existent. Peut-être, Jacques Pradel, de par sa longue carrière, est-il plus connu que certains de ses confrères plus jeunes qui oeuvrent dans le même domaine. Mais tous, y compris ceux que vous ne voyez ni n’entendez, ont dépassé le cadre strictement professionnel en y ajoutant leur part d’humanité profonde. Les derniers en date, Jacques Pradel, bien sûr. Sans oublier Amandine et, à la fin de l’émission, Justine, l’assistante qui vint nous embrasser et nous réchauffer le coeur, avant que nous ne reprenions la route du retour. Elle avait compris notre émotion et la partageait. Encore merci, Justine ! Un énorme merci, non seulement aux plus visibles, mais aussi, aux “invisibles” ou “inaudibles” si indispensables, et si méconnus.

Nous pouvons vous dire qu’aucun des journalistes qui nous ont reçus dans les différentes chaînes n’a échappé à ce devoir d’humanité.

Nous pouvons vous dire, que pour nous, c’est une étrange victoire que cette participation médiatique indispensable, mais aussi une douleur renouvelée qui nous “prend aux tripes” (veuillez excuser cette expression triviale). Car, lorsque nous parlons, chacun de nous, les images défilent en nos souvenirs, et la blessure est à vif. Elles sont là, nous forçant à nous dédoubler, non seulement celles de l’assassinat, mais aussi celles du bonheur. Moi, je souffre de n’avoir pu prendre dans mes bras cette merveilleuse enfant, puisque je voyageais avec mon coude cassé, et Pierre, qui a reçu de Christina ces merveilleuses preuves d’amour,, dans ses bras, ne peut les évoquer sans grande émotion. Oui, tous les deux, nous sommes aussi forts que faibles… simplement humains.

Et puis, Jacques Pradel n’a pas hésité à appuyer la nécessité de cet appels aux deux présidents, plusieurs fois. Ce n’est pas rien. Encore une raison de le remercier. En espérant qu’il sera entendu, que nous soyons entendus, et surtout… que Christina soit entendue et sauvée.

Un grand merci, à lui, et à ceux qui se sont fait nos intercesseurs pour nous mener à son émission.

 

FACEBOOK ? AUX OUBLIETTES !

NOTRE MAMAN, LA VRAIE GRAND-MÈRE DE CHRISTINA

NOTRE MAMAN, LA VRAIE GRAND-MÈRE DE CHRISTINA

POURQUOI FACEBOOK AUX OUBLIETTES ?

Une de nos amies signataires nous avait conseillé de créer une page sur Facebook. Bien que peu enclins à ce genre de publications, nous avions jugé le conseil valable et créé une page “Sauvons Christina”. Notre but, compte tenu des spécificités de Facebook (photos et articles courts) était d’illustrer l’affaire par des photos de famille, et de toucher un public plus large.

Trois jours après, impossible de s’y connecter, et message du type “Pour protéger notre communauté, etc.” Nous avons rempli toutes les conditions demandées. Rien ne se passe. Nous avons lu sur Internet les commentaires de personnes se trouvant dans des situations équivalentes : c’est le constat d’une censure robotique à durée indéterminée.

Alors, quelles qu’en soient les raisons, puisque les robots de Facebook nous ont chassés, nous tirons la chasse.

Nous nous battons déjà contre suffisamment d’obstacles administratifs et de “justice” (?). Nous n’avons pas une miette de notre temps à perdre avec Facebook.

Nous préférons le monde des humains, et notre blog, où des personnes expriment leurs émotions et leur soutien pour Christina. 

ALORS, AUJOURD’HUI, JE VOUS PRÉSENTE NOTRE MAMAN, LA VRAIE GRAND-MÈRE DE CHRISTINA

Je n’oserais pas dire que maman fut parfaite, car personne ne l’est. Mais elle fut pour nous une merveilleuse maman, et si elle avait vécu, elle serait devenue une plus merveilleuse grand-mère encore.

Et c’est pourquoi je dis, j’affirme, qu’elle est et reste pour moi la vraie grand-mère de Christina. Car l’autre, la “biologique”, Faïna Sysoeva, de par sa haine, sa maltraitance envers Christina, son manque d’humanité, ne possède de ce merveilleux titre de grand-mère, qu’une inscription d’état-civil, une inscription qui insulte toutes les vraies grands-mères de France et de Russie.

Je me rappelle sa patience, son sourire, sa vraie beauté, son soutien familial constant., dans les jeux et pour l’école. Elle savait jouer au Monopoly, au Scrabble avec nous, et même devenir ma malade, en même temps que Christophe et Florence, puisque j’avais reçu une panoplie d’infirmière avec un stéthoscope rouge et une belle seringue en plastique.  Christophe était en Zorro, car même les héros ont besoin d’une infirmière. Florence, très intelligente et très littéraire gagnait régulièrement au Scrabble, son jeu de société préféré. Christophe était bien meilleur que moi aux billes, et il me regagnait régulièrement à la maison celles que j’avais gagnées à l’école.

Mais maman suivait de près nos avancées à l’école, nous faisant réviser nos leçons, surveillant les devoirs, et bien sûr les résultats. Avec trois enfants elle connaissait nos fables de la Fontaine sans hésitation. Elle nous donnait même la réplique lorsque nous préparions un spectacle d’école, comme L’Avare, Le Malade imaginaire

Les vacances d’été et à Noël nous retrouvaient tous autour d’un grand puzzle, et mon père, libéré pour un temps du travail de l’usine, s’y mettait aussi.

Maman m’a soutenue pour passer mon bac, quand j’ai décidé de devenir infirmière, quand ma vie m’a amenée à Paris. De la même manière elle a soutenu Florence, notre aînée, Christophe, petit garçon turbulent, et notre père, dans ses  responsabilités professionnelles.

Finalement, tout cela porte un nom : l’amour.

ALORS, SI UN JOUR…

Alors, si je dois devenir un jour la maman de Christina, ce que je souhaite de tout mon coeur, j’espère simplement être une aussi bonne maman que la mienne le fut pour nous, et lui donner l’exemple d’une famille aimante, le plus beau cadeau du monde, charge à elle de le porter, quand le moment sera venu, quand elle aura connu ce que peuvent être et donner une vraie maman et une vraie grand-mère.

 

 

 

RTL, L’HEURE DU CRIME, MARDI 19 NOVEMBRE, À 20 HEURES

JACQUES PRADEL, L'HEURE DU CRIME

JACQUES PRADEL, L’HEURE DU CRIME

Mardi prochain, 19 novembre de 20 heures à 21 heures,
nous évoquerons l’histoire de Christina
dans l’émission de Jacques Pradel,
L’Heure du crime, sur RTL

Il n’est plus besoin de présenter ni cette émission, ni Jacques Pradel, que nous écoutions toujours en appréciant la qualité de ses interventions. Notre histoire a voulu que nous en devenions acteurs. Tels sont les méandres de la vie.

Nous serons accompagnés de notre avocat français, Me Graftieaux, du cabinet NMCG. Il développera des éléments nouveaux. Nous ne vous en disons pas plus pour l’instant.

Alors, mardi prochain 19, de 20 h à 21 h, réservez une petite heure pour un grand moment avec Christina en pensée.

Merci !




INFORMATIONS DU JOUR

ÉCRIRE À LA PRÉSIDENCE

INFORMATION TECHNIQUE PURE

Après avoir écrit et envoyé votre texte, vous devez recevoir un message avec un lien spécifique sur lequel il faut cliquer pour la validation finale. Il est précisé  : “Sans confirmation de votre part, le message posté sur le site sera effacé sous 72 heures.”Bien sûr nous l’avons fait immédiatement.

Bien que n’ayant pas reçu de message complémentaire, nous pensons que le processus a suivi le cours normal. Attendons !

INFORMATION OPÉRATIONNELLE : VOTRE APPEL COMPTE POUR CENT OU PLUS

Dans un scrutin électoral, votre bulletin compte pour une voix : la vôtre. Chacun d’entre nous est “citoyennement égal” au président de la République.

Inversement, dans tout appel à une structure, médiatique ou autre, chaque voix exprimée compte pour un quota de voix identiques non exprimées. Dans certains journaux, la proportion est de 1 pour 1000.

Enfin, n’oublions pas le réchauffement en cours entre le président Macron et le président Poutine. C’est peut-être une belle chance pour Christina. Et si chacun des deux présidents voulait faire une opération “gagnant-gagnant” ?

Conclusions : écrivez pour Christina à la présidence.

INFORMATION MÉDIATIQUE DU JOUR

L’émission de W9 “Enquêtes criminelles” portant sur l’histoire de Christina repasse ce soir à 23 h 10 en différé.

Voyez-la ou revoyez-la si un  point vous a semblé obscur. Et, n’oubliez pas le deuxième volet consacré à l’histoire de ce pauvre homme pris dans le même type d’engrenage criminel à Madagascar. Ah ! Ces pauvres petites mouches crédules prises au piège de la “veuve noire”!

N’oubliez pas : faites-en part à vos amis… pour Christina.

Merci

  

elementum eleifend elit. dictum et, vulputate, eget felis