MIEUX QUE LES 500 MILLIONS DE LA BÉGUM

500 MILLIONS

500 MILLIONS

Cet intervalle dans la parution des articles s’est imposé pour éviter aux lecteurs quelques redondances. La réalité d’un assassinat, c’est aussi l’éternel recommencement de dossiers, des mises à jour, en quelque sorte un immense travail de secrétariat. De plus, il faut vivre, ne pas s’enfermer dans cette tombe entourée de la tourbe du clan Sysoev, amant français inclus. N’oublions jamais celui qui n’arrive pas à assumer son rôle trouble avant, pendant et après l’assassinat, avant pendant et après la naissance de Christina.

Bref, ce premier petit paragraphe sert de mise en forme, avant de pelleter le tas d’immondices déversés pour le clan Sysoev, par l’inénarrable Anissimov, maintenant promu avocat par quelque tour de passe bureaucratique. Ah ! Les mystères sibériens !

À VOS PELLES !

Vous êtes prêts ? À vos pelles !

D’abord, pourquoi ce titre : « Les 500 millions de la Bégum » ? Patience, vous comprendrez bientôt. Au moins, vous devinez qu’il s’agit d’argent… et d’argent qui pue.

Donc, par l’intermédiaire de la procurature du territoire de Khabarovsk, nous recevons une lettre d’information intéressante. Passons sur les détails récapitulatifs, et arrivons au passage objet de cet article :

« D’après les explications données par Anissimov I.O., avocat de Sysoeva F.V., en date du 23 septembre 2019, le département de la tutelle de Khabarovsk a été informé qu’une affaire civile est en cours d’examen en France dans le cadre d’une demande en justice déposée par l’autorité française de tutelle à l’encontre de Sion Barbara, qui, pendant longtemps, étant propriétaire et en disposant des biens de la fille, ne paie pas à cette dernière les intérêts s’élevant à 970 000 000 d’euros. »

En plus simple : Barbara serait accusée en France par un service de tutelle d’avoir volé 970 000 000 euros, qui seraient les intérêts du capital de Christophe !

D’abord, comme c’est gentil de nous en informer ! Notre vie manquait de piquant. Avoir à dépenser près d’un milliard d’euros d’intérêts que nous volons à Christina ! Avec un procès de plus sur le dos ! Comme la vie est exaltante ! Comme l’imagination est au pouvoir ! Enfin !

UN PEU DE LOGIQUE DANS CE MONDE DE BRUTES

Outre que le dit procès n’existe que dans la tête fumeuse d’Anissimov, nous sommes revenus au texte original en russe. Pas de doute, il a été lu et relu par nos avocats russes.

Nous avons même demandé à la traductrice officielle : deuxième confirmation, c’est bien de 970 000 000 euros qu’il s’agit. D’ailleurs, nous dit-elle, tout le bureau en a sursauté.

Alors, j’ai élaboré un petit calcul, « à la louche ». Une telle somme rapportant 5% correspondrait à un capital d’une vingtaine de milliards. Ne chipotez pas sur les centimes, s’il vous plaît !

La lecture des magazines spécialisés nous apprend que cette vingtaine de milliards aurait placé Christophe dans les quarante premières fortunes de France. Pas mal ! Enfin, ne rêvons pas, c’est loin de Bernard Arnaud (66,7 milliards), mais écrasant par rapport à Martin et Olivier Bouygues (3,2 milliards) et à Norbert Dentressangle dont vous voyez les camions sur les routes de France et de Navarre (1,2 milliard… bagatelle !)

Plus précisément, nous cousinons avec la famille Dassault (21,1 milliards d’euros).

Cela s’obtient en un clic sur Internet. [1]

Ah ! Comme on s’amuse au bureau du procureur du territoire de Khabarovsk ! Et comme on vérifie ses sources ! Et comme on ne s’étonne de rien ! Ou comme on… (censuré)

ENCORE UN PEU PLUS DE LOGIQUE

Dans l’émission d’Andréi Malakov de 2018, Christina était qualifiée de « petite fille au milliard (de roubles )», soit environ 13 millions d’euros. Une belle somme ! Surtout une belle envolée lyrique ! Fondée sur… une belle bulle de savon. Mais, l’inflation étant un outil monétaire bien connu, Anissimov ne s’en prive pas.

Enfin, si l’un de vous souhaite être dépanné de quelques millions, pour rembourser ses dettes, n’hésitez pas, demandez, envoyez votre RIB ! On vous servira. Un milliard, ce n’est jamais que 1000 millions, alors quelques-uns en plus ou en moins !

Pourtant, en dépit du document original, imaginons que l’erreur porte sur les monnaies. Reprenons ce presque milliard exprimé en roubles, comme le lançait le présentateur André Malakov. Nous retombons sur les 13 millions d’euros, déjà improbables. Mais ici, Anissimov parle d’intérêts. Le même calcul que précédemment porterait le capital correspondant à 260 millions d’euros. Encore un délire total !

QUE SIGNIFIE VRAIMENT CETTE INFLATION MAJUSCULE ?

Il n’est interdit à personne de délirer. Mais si tel n’est pas le cas, les raisons sont simples.

– La calomnie pure et simple. Nous ne la relèverons même pas. Autant vouloir transformer certains tribunaux de Khabarovsk en couvents de bonnes sœurs,

– Faire patienter les  personnes qui aident le clan Sysoev : l’attente de leurs « honoraires » même longue, sera d’autant plus récompensée ; autrement dit, tenter de faire cesser le bouillonnement dans le marigot,

– Mais, ce faisant, ils augmentent le risque sur la petite Christina, qui peut devenir une cible pour des équipes concurrentes… et tout cela pour rien !

ALORS LES 500 MILLIONS DE LA BÉGUM ?

Relisons Jules Verne. Un gros héritage, deux héritiers, deux pensées en lutte. L’une d’elle est assez monstrueuse. Ce n’est pas la française, c’est l’autre. Rien de nouveau en 2020.

À propos : à part les 500 millions de la Bégum, aucun des chiffres de cette page n’est vrai.

La seule vérité est que Christina en souffre, et que personne ne bouge.

 

 

[1] https://www.forbes.fr/classements/classement-forbes-2019-des-milliardaires-francais/?cn-reloaded=1

DES ENFANTS ET DU POUVOIR, OU COMMENT CHERCHER DES VOIX ET OUBLIER CELLE QUI DÉRANGE

VOTEZ CHRISTINA

VOTEZ CHRISTINA

Le titre parle de lui-même. En voici quelques exemples.

Ministre en déroute pour des enfants perdus

Un gouvernement qui s’emmêle dans la question du congé pour perte d’un enfant (5 jours, 12 jours ?) et une ministre du travail en pleine déconfiture. Ce « cauchemar d’amateurisme, de déconnexion et de technocratie. Un condensé de toutes les critiques depuis le début du quinquennat. [1]». Sous oublier ces députés écorchés par ce cas épineux, dont aucun n’a voulu nous répondre, lorsque nous les informions du sort de Christina.

Alors M. Macron demande au gouvernement de « faire preuve d’humanité ». Rupture de la sacro-sainte « séparation des pouvoirs » ? Bidouillage à niveau supérieur ? Ou humanité réelle ?

Christina répondra.

Plaidoyer pour une gamine non protégée

Mila, une gamine de 16 ans perdue et dépassée sur un réseau social, lancée dans des propos plus que grossiers, insultants, inadmissibles, de ceux qui sont maintenant monnaie courante chez des gamins « normaux ». Elle aurait bien mérité quelques heures de colle ou une sévère réprimande, de ses parents, de la part de ses vrais amis, de ses professeurs, de qui vous voulez, mais certainement pas des menaces mortifères, ni un encouragement public à ces menaces qu’elle aurait « bien cherchées ». Et là, Madame Belloubet, garde des sceaux, autrement dit ministre de la Justice, parle “philosophie du blasphème”, alors que le point fondamental était d’accorder à cette gamine apeurée la protection qu’un État digne de ce nom doit lui garantir… après une « fessée morale » bien méritée.

Mais, dans le ministère de la Justice, qu’est devenu le dossier de Christina ?

Du patinage partout

Dans le patinage, le tennis, et semble-t-il, dans d’autres sports, on a masqué les ignobles comportements de certains entraîneurs ou autres responsables. Argent, explication par les médailles rapportées à la France, copinage, vice, oubli, et volonté de ne pas savoir de ceux qui savaient, pressions psychologiques et abus d’une position de force : cela évoque un processus mafieux. Madame Macron va recevoir la pauvre Sarah Abitbol. C’est bien, si nous imaginons que cela lui apporte un réconfort supplémentaire et mérité. Mais, au fait, ce qu’a subi Sarah (ou aurait subi, pour plaire aux affamés de présomption d’innocence) n’est-ce pas aussi un cas patent de maltraitance psychologique intense ? Un de ceux que bien des psychologues nomment « assassinat psychologique » ? 

N’y a-t-il pas quelques points communs avec ce viol psychologique que subit Christina depuis des années et que Mme Macron ignore superbement ?

La faute à ses conseillers dira-t-on ? Pourquoi pas ? C’est commode, une équipe de conseillers qui permettent de ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire. Le bonheur des trois singes.

Un titre bien trouvé

Le 26 janvier, « Emmanuel et Brigitte Macron ont donné une réception pour des associations engagées dans la protection de l’enfance à l’Elysée. Trois jeunes en sont revenus des étoiles plein les yeux, » [2]». Avec le couple présidentiel, on trouvait entre autres le défenseur des droits Jacques Toubon et le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer. On note aussi la présence de Mme Avenard, défenseur des enfants. Que du beau monde !

Sauf que, le titre de l’article dit tout : « Euphorie totale : quand Brigitte et Emmanuel Macron prennent la pose avec des enfants à l’Élysée. »  Oui, ils prennent la pose. Pauvres enfants, manipulables à souhait. S’agit-il d’étoiles dans les yeux, ou de simple poudre électorale ?

Mais, à propos de protection de l’enfance, Christina n’est-elle pas une enfant à protéger ? Quand la rencontreront-ils ?

Un festival de récupération

Au dernier festival BD, devenu celui de la LBD à Angoulême, le président a rencontré  de jeunes collégiens creusois. Dialogue dit « impromptu » où l’un des gamins ose quémander une invitation à l’Élysée. Illico, l’aide de camp, sur ordre du président remet une carte à la principale du collège, pour faciliter cette visite. La principale est une personne avisée : « Vu qu’il y avait des caméras, je ne pense pas qu’Emmanuel Macron se dédira. Mais je ne veux pas que les élèves pensent qu’ils vont aller faire du tourisme. Je suis responsable de leur parcours citoyen, et j’aimerais qu’on profite de l’occasion pour visiter le Sénat ou Assemblée Nationale. »

Cette dame a raison, tant sur l’importance des caméras que sur la nécessaire information sur les chambres, théoriquement indépendantes du pouvoir exécutif.

Quel dommage que Christina ne soit pas scolarisée dans ce collège !

Internationale ? Vous avez dit « internationale » ?

À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre, Brigitte Macron s’est rendue mercredi après-midi dans un centre social et culturel du XVIIIe arrondissement de Paris. La Première dame, accompagnée du secrétaire d’État à l’Enfance, Adrien Taquet, a participé à une table ronde, en présence d’associations, de professionnels de santé, d’enfants et de parents.

La journée internationale des droits de l’enfant, c’est très bien. Mais que faut-il faire pour les années franco-russes de la violation des droits de Christina ?

Muets professionnels,
beaux parleurs et sourds sur commande
ne sont en aucun cas garants
de la protection des enfants.

                                                                                     (À SUIVRE)

 

[1] Le Parisien, article de Nathalie Schuck du 4 février

[2] https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/leuphorie-totale-quand-brigitte-et-emmanuel-macron-prennent-la-pose-avec-des-enfants-a-lelysee_442509

 

consequat. et, quis mattis dolor libero ipsum risus. odio eget