UN ARTICLE AU LUXEMBOURG

UN ARTICLE AU LUXEMBOURG

Nous vous signalons un article sur l’affaire de Christina, paru sur Internet au Luxembourg. D’abord, nous remercions le journaliste, Nicolas Chauty, de L’Essentiel, tant pour l’existence de cet article que pour sa qualité. En effet, il est très difficile de résumer en si peu d’espace une affaire aussi complexe. Alors il faut bien lui pardonner d’avoir écrit qu’après la vidéo du 16 octobre 2013 nous étions “rassurés mais pas convaincus”. La réalité est que nous étions rassurés de voir Christina vivante, mais convaincus que Dina mentait, qu’elle était donc partie prenante dans l’affaire, et que Christophe était perdu. Mais après ce raccourci, le journaliste reprend : “les proches de l’entrepreneur français essayent alors d’en savoir plus et une enquête est ouverte en Russie.” Donc, cet article mérite tous nos remerciements et félicitations.

41 COMMENTAIRES

Après, il y a eu 41 commentaires en 48 heures, au sujet desquels je me permettrai d’ajouter le mien.

Ils concernent la durée de la condamnation, la culpabilité de Victor Véniaminovitch Sysoev dans le démembrement du corps de Christophe, le lieu de vie futur de Christina, notre relation de parenté à Christina, sa nationalité.

La première différence qui saute aux yeux est que les personnes qui disent avoir vu le reportage télévisé (se trompant de chaîne) acceptent la culpabilité du “grand-père”, trouvent insuffisante la peine de l’assassin, et souhaitent que Christina soit extraite de ce “milieu glauque”.

Par contre, ceux qui ne disent pas avoir regardé (et semblent bien se déterminer en fonction de l’article du journal), n’ont que des arguments théoriques, préfabriqués, ignorant la réalité.

Par exemple : “Cette petite a surtout besoin de sérénité et de tranquillité après ce qu’elle a vécu. Il n’y a aucune preuve que le grand père ait participé à cet assassinat. Sinon n’a-t-elle pas d’autre famille, une tante, un oncle par exemple! En tout cas la pire chose à faire serait de l’exiler en France! Elle n’aura jamais la paix en France! Laissez la vivre, laissez la où elle est.”

Ou encore : “Elle est Russe de par sa mère donc la Russie est sa patrie.”

“Sa maman étant Russe la gamine l’est aussi donc normal qu’elle reste en Russie. Maintenant rien n’empêche les grand parents Français d’aller lui rendre visite en Sibérie.”

Quant à Victor Véniaminovitch : “Pas su (sic) tout La Loi, rien n’a été démontré il n’y a que des accusations mais pas de preuves.”

RETOUR À LA RÉALITÉ

11 ANS POUR L’ASSASSIN, DINA SYSOEVA

La condamnation à 11 ans est certes pleine de mansuétude. Encore faut-il savoir que le procureur avait demandé 20 ans, et que le juge, par une arithmétique de boutiquier, est arrivé à 11 ans de la manière suivante :

    • 9 ans pour l’assassinat, et 5 ans pour le faux et usage de faux, avec vol qualifié, font 14.
    • Des circonstances atténuantes extravagantes dont une pour une affection thyroïdienne n’entraînant aucun signe fonctionnel, et surtout, parce ce que l’assassin a “un enfant”. C’est oublier bien vite que la victime est le père de cet enfant, ce qui aurait dû constituer une circonstance aggravante.
    • Et 3 ans en moins pour l’enfant, selon la loi russe (appliquée, je le dis, au mépris de toute justice).

VICTOR VÉNIAMINOVITCH SYSOEV INNOCENT

Lui, c’est l’innocent aux mains pleines… de sang et de chair décomposée ! L’innocent qui, avant même le procès, ne devait être entendu que comme témoin. Je dis bien “avant même le procès ! Un article de KP (Konsomolskya Pravda) de 2015 l’avait dénoncé en son temps. La réalité est que les aveux enregistrés de Victor V. Sysoev sont en lieu sûr, mais qu’un marchandage caché l’a préalablement mis en sécurité. Ah ! Les amis,  les vieilles relations et les circonstances, ça sert quelquefois !

LA PETITE EST RUSSE

Désolé de contredire ces “juristes au petit pied” : Christina est autant française que russe. Elle n’est considérée “que Russe” uniquement par la Russie. Ah ! Si le coq gaulois ne se contentait pas de ses “cocorico” idiots et sortait ses griffes pour défendre ses compatriotes ! Mais nos bons représentants du service d’aide diplomatique de l’Élysée sont sourds. Et comment voulez-vous qu’ils travaillent, quand leurs index leur servent à boucher leur tympans ? Ont-ils seulement lu les dossiers que nous leur avons envoyés ?

Alors le ministère des Affaires étrangères ? Allo ?… Allo ?…

ALLER RENDRE VISITE À CHRISTINA EN RUSSIE

Donc, “rien ne nous en empêche”, nous apprend un sympathique commentateur. C’est pour cela qu’il y avait hier une audience en Sibérie suite à la 17e plainte que nous avons déposée pour pouvoir rencontrer Christina. Résultat ? Lequel et quand ? À Pâques ou à la Trinité ? Et pourquoi 17 plaintes ? Parce que la petite était enchantée d’être dans mes bras, quand nous avons passé une fois un après-midi merveilleux, et que la “grand-mère” Faïna Sysoeva, folle de haine, n’a pas pu le supporter.

LA PETITE NE CONNAÎT NI LA FRANCE NI LE FRANÇAIS, NI NOUS-MÊMES

La réalité est qu’elle parlait couramment français à 3 ans et demi avec son papa et avec nous, qu’elle passait des vacances en France, et avec nous… et que, par haine et par cupidité (elle est héritière) le clan SYSOEV en entier veut son argent. Alors, “on” la coupe de ses racines françaises ; “on” calomnie son père ; la grand-mère, devant nous et la petite hurle que Christina n’aimait pas son père… et encore bien d’autres choses, au point qu’en écrivant “grand-mère” pour Faïna Sysoeva, j’ai l’impression de calomnier mes grands-mères, et toutes les bonnes grands-mères du monde.

UNE CONCLUSION DÉRANGEANTE ?

Nous en serons bientôt à notre 12e voyage en Russie. Nous rencontrons des Russes, nous avons suivi l’émission télévisée d’Andréi Malakov en Russie sur l’affaire, et lu les 400 commentaires correspondants. Dans la majorité, les Russes souhaitent que nous sauvions l’enfant de ce bourbier. Reste à surmonter les obstacles d’une bureaucratie aveugle… et d’intérêts à peine masqués.

C’est pourquoi nous souhaitons délivrer Christina de ce kidnapping légalisé, lui fournir l’aide psychologique dont elle a besoin, et la guider tranquillement vers son avenir.

L’amour, le véritable amour c’est cela, simplement cela.

Adresse de l’article de base :

http://www.lessentiel.lu/fr/news/monde/story/un-drame-avec-le-luxembourg-comme-alibi-17807637

Nullam ante. ut libero. consequat. quis libero